samedi 14 novembre 2009

Grenoble, les trois tours

L'immeuble résidentiel photographié seul comme objet unique d'une carte postale est assez rare.
On photographie plus volontiers le quartier.
Seuls, quelques immeubles certainement curieux, originaux et suffisamment marquants ont donc droit à des clichés serrés.
Le 24 août 2007, je publiais une carte postale de Grenoble nous montrant un coin du paysage de la ville avec au fond les belles tours de messieurs les architectes Anger, Pivot et Junillon.
Le point de vue jouait alors sur l'inscription moderniste des tours dans un paysage plus pittoresque.
Voici que je trouve cette autre carte postale :



Ici, pas de doute, les immeubles modernes sont l'objet de la carte postale. Le photographe comme souvent génère un premier plan vert et boisé toujours je crois pour modérer la modernité mais aussi pour dire peut-être la réalité d'un quartier paysagé et luxueux où l'habitat en hauteur libère le sol pour les pelouses, parcs et... parkings .
En tout état de cause ces tours sont superbes. De véritables sculptures cinétiques, des ruches en loggias.
Malheureusement on devine mal le travail de jonction des tours sur le sol et l'éloignement ne permet peut-être pas tout à fait de jouir de la belle grille des façades.
Mais tout de même cette carte postale est le signe d'un intérêt pour l'architecture moderne et pour l'image qu'elle renvoie de la ville de Grenoble qui se voulait à juste titre une ville à l'avant-garde surtout quand les jeux olympiques rejoignaient les jeux immobiliers.
Je trouve dans la revue Architecture d'Aujourd'hui d'octobre-novembre 1962 une double page nous livrant maquettes et plans.
Je vous les offre également :








1 commentaire:

phase3 a dit…

Notre quotidien grenoblois ... on passe devant les 3 tours et on ne les voit même plus. Pourtant c'est du bel ouvrage !