lundi 29 décembre 2008

V.V.F, ça dure.



Je vous reparle des V.V.F (Villages, Vacances, Familles).
Cette fois-ci nous sommes à Saint-Jean-de-Monts en Vendée, regardez cet immeuble de Jean Marty architecte. N'est-il pas intéressant ?
Dessiné au cutter, massif aux angles accentués, sorte de contre-fort hôtelier il mélange les formules et les références. On le dirait dessiné d'après les plaques de béton préfabriquées tentant l'amalgame entre contrainte structurelle et puissance formelle. Il est défensif. Ce qui lui donne cette allure c'est la base en pente surmontée d'un jeu d'ouvertures en saillies où les fenêtres sont à égalité avec les plaques de béton des balcons. C'est irrégulier, contre-dit, un peu hésitant mais fort dynamique et sculptural. L'escalier en vis derrière redonne encore un peu d'une image militaire, sorte de tour de vigie solide et continue. Implacable. On admirera l'auvent de l'entrée tout en pointe, sorte de pont-levis figé dans un béton aux pans colorés.
Donc du biais, du solide, du massif tout pour me plaire. Je ne trouve rien sur Jean Marty l'architecte de ce V.V.F mais le guide nous donne deux entrées. Il s'agit d'un barrage à Beaufort et de l'usine marée-motrice de la Rance. Un architecte du génie civil ?
Cela expliquerait peut-être le registre formel. La carte postale est une édition du V.V.F qui nomme l'architecte.



Mais à Saint-Jean-de-Monts Monsieur Jean Marty a aussi construit ces petits bâtiments des gîtes du V.V.F. Là encore, dans un registre plus traditionnel et régionaliste, on a droit à du pan coupé, du biais, du pointu. Les angles deviennent un élément décoratif et les murs s'avancent comme pour offrir des abris au vent. En symétrie les constructions sont reliées par des passerelles et escaliers. C'est dans le genre, assez réussi, je trouve. Pas de clôture, l'ensemble est posé sur le sable. Sur cette carte postale Artaud l'architecte est nommé.



Sur cette vue multiple on retrouve notre immeuble et on aperçoit la barre en construction sur le front de plage. Cette "Marina" est de l'architecte Monsieur Naulleau.


Là aussi, c'est pentu et en retraits successifs. Mais là c'est un peu dur. La volumétrie est pauvre, juste ce qu'il faut pour faire semblant d'éviter l'effet barre mais l'image du dos du bâtiment ne trompe pas, ça ferme le front de mer.


L'arrière est aussi pauvre que le devant. Aucune ouverture, pas de cheminement c'est un mur que nous propose cette carte postale Artaud
On peut comprendre facilement ce que la Grande Motte de Monsieur Balladur a évité. C'est l'antithèse absolue.
Monsieur Marty, signalons-le a travaillé avec Monsieur Arretche qui nous a offert la belle église de la place de la Pucelle à Rouen. Décidement ce V.V.F regorge de belles choses. Qui maîtrisait la politique architecturale de ce groupe ? Qui doit-on remercier ?

4 commentaires:

Cartorama a dit…

Voici une vue différente de ce superbe bâtiment :

http://www.flickr.com/photos/cartorama/2327153501/sizes/l/in/set-72157604031164006/

A "l'antithèse" de Saint jean de Monts, il y a également la Marina des Anges de Villeneuve Loubet :

http://www.flickr.com/photos/cartorama/2735528535/sizes/l/in/set-72157604031164006/

Liaudet David a dit…

Merci pour ce complément Cartorama.
C'est bon à prendre.
Villeneuve Loubet est déjà publié sur ce blog et reste un incroyable (important ?) bâtiment.

Cartorama a dit…

effectivement... très bons articles et magnifiques cartes de Villeneuve ! Je suis étonné de ne rien trouver sur votre blog (ou presque, à part Bofill) sur la costa blanca espagnole. Benidorm, Torremolinos, Alicante... méritent votre intérêt !? Même s'il y a déjà beaucoup à faire en France...

Liaudet David a dit…

la costa blanca espagnole pourraît bien arrivée un jour. Mais je crois que le bétonnage y est vraiment sans intérêt. Du moins pour ce que j'ai pu en voir. Des constructions de promoteurs, alignements de balcons mais point d'invention ni même de vrai brutalisme. Alors j'attends la carte postale qui me fera trouver cette région intéressante. Mais je ne perds pas espoir !